le gouvernement de saad hariri a déclaré vouloir faire de la lutte anticorruption une de ses priorités : création d’un ministère, élaboration d’un budget, adoption de lois. effet d’annonce ou véritable avancée ? le monde | 24.02.2017 à 14h49 | par laure stephan (beyrouth, correspondance) l’actualité offre parfois d’étonnants télescopages.alors que marine le pen était reçue par le président libanais michel aoun, lundi 20 février,le siège du front national à nanterre faisait l’objet d’une perquisition. la patronne du parti d’extrême droite est soupçonnée d’avoir fait rémunérer deux de ses collaborateurs par le parlement européen. or, depuis quelques semaines, la transparence est un thème à la mode au liban, pays champion des pots-de-vin et des conflits d’intérêts. non sans susciter les sarcasmes d’une population désabusée, plus prompte à voir là un affichage en amont des législatives prévues d’ici l