de nombreuses personnalités associatives et politiques considérant que le viol de mineur est un crime déplorent que le texte le transforme en simple délit.le monde | 16.05.2018 à 15h17 • mis à jour le 16.05.2018 à 16h30 | par cyrielle chazal l’assemblée nationale a adopté, dans la nuit de mardi 15 à mercredi 16 mai, l’article 2 du projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes. mais les critiques continuent de s’élever contre cet article défendu par la secrétaire d’etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, marlène schiappa. les « anti-article 2 » estiment qu’il transforme le viol de mineur en simple délit, et c’est pourquoi plus de deux cent cinquante personnalités ont lancé une pétition, lundi, demandant sa suppression. parmi elles, l’ancien candidat à la présidentielle benoît hamon, qui a dénoncé un viol « rétrogradé de crime à simple délit ».l’article 2 est moins protecteur que sa version antérieure, modifiée après avis du conseil d’etat en mars. mais dire qu’il transforme le viol en délit est faux. trois questions pour mieux comprendre cette polémique.que dit l’article 2 du projet de loi ?l’article 2 du projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, consultable ici, prévoit plusieurs changements.création d’une circonstance aggravante au délit d’atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans lorsqu’il y a pénétrat...