selon le comité consultatif national d’éthique, il existe en france une « dénégation collective » du vieillissement qui se traduit par une « maltraitance latente et non assumée ».le monde | 16.05.2018 à 14h05 • mis à jour le 16.05.2018 à 16h25 | par françois béguin« maltraitance », « ghettoïsation », « dénégation », « exclusion collective »… la société française a-t-elle un problème avec ses personnes âgées ? dans un avis publié mercredi 16 mai, le comité consultatif national d’éthique (ccne) dresse un constat extrêmement sévère de la façon dont celles-ci sont considérées et prises en charge, en particulier dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (ehpad).selon l’organisme consultatif, il existe dans notre pays une « dénégation collective » du vieillissement, qui se traduit par une « maltraitance » sous une forme « latente » et « non assumée » vis-à-vis d’une partie de la population âgée.a l’origine de la réflexion du ccne, amorcée en octobre 2016, avant les mouvements de grève dans les maisons de retraite, une question : « quel sens à la concentration des personnes âgées entre elles, dans des établissements dits d’hébergement ? », le pays comptant à ce moment-là plus de 577 000 personnes hébergées dans ce type de structure. a l’arrivée, une réponse « résolument politique » et cinglante : cette co...