dix voitures ont été brûlées, ainsi qu'un engin de chantier tandis que le commissariat de police de bellefontaine, visité début mars par le ministre de l'intérieur gérard collomb, a été la cible de jets de pierres, a expliqué à l'afp le directeur départemental de la sécurité publique (ddsp) adjoint, le commissaire arnaud bavois. ces incidents n'ont `fait aucun blessé` et n'ont donné lieu à `aucune interpellation`, a-t-il ajouté. les violences ont essentiellement eu lieu entre 20h00 et 23h30 mais le calme n'est revenu qu'après minuit. `il y avait clairement une volonté de s'en prendre aux forces de l'ordre. ça faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu ça`, a constaté le commissaire arnaud bavois, décrivant des scènes de `grandes violences` avec des jeunes qui ont mis le feu à des voitures et avec l'idée `de prendre les policiers en guet-apens`.  au total, plus de cent policiers, crs et gendarmes ont été mobilisés pour ramener le calme. un hélicoptère de la gendarmerie a également survolé les lieux.  la tension dans le quartier, selon m. bavois, est montée dans l'après-midi après le contrôle d'une femme voilée refusant de se soumettre aux vérifications de la police.  ces violences pourraient également avoir été déclenchées par une rumeur selon laquelle des gardiens de la prison de seysses, au sud de toulouse, auraient été à l'origine du décès samedi d'un détenu, originaire du quartier, a préc...