- des scandales qui refont surface - révélées en 2017, deux affaires de favoritisme sont revenues sur le devant de la scène ces dernières semaines alors que le chef du gouvernement semblait avoir jusqu'ici réussi à braver la tempête. la première concerne un lot qui aurait été vendu au dixième de sa valeur sur le marché en 2016 au gérant d'un jardin d'enfants nationaliste. une école primaire devait y être construite et le directeur avait décidé de faire de l'épouse de m. abe la directrice honoraire de l'établissement. le scandale s'est amplifié le mois dernier quand il est apparu que le ministère des finances avait falsifié des documents relatifs à la transaction. et il a pris un tour dramatique quand un responsable du ministère, qui était chargé de l'opération immobilière, a été retrouvé mort début mars. la police enquête sur ce décès et envisage un suicide, selon la presse. dans un autre dossier, shinzo abe est soupçonné d'avoir influé sur les décisions de l'administration en faveur d'un ami de longue date dans l'attribution de la création d'une nouvelle faculté vétérinaire. un document officiel datant de 2015 a émergé la semaine dernière, décrivant cet établissement comme `une affaire concernant le premier ministre`. le gouvernement abe est en outre affaibli par un scandale de dissimulation de rapports militaires sur la participation de l'armée japonaise à des missions onusiennes au soudan du sud et en...