Laxaro Your source for the latest research news
 gm s dcision lundi sur la reprise le maire garantit l activit sur 5 ans
l'avenir de gm&s devant la justice: gagner du temps, pour une reprise au plus vi

Une semaine après une manifestation nationale qui avait rassemblé 2.000 à 3.000 personnes à La Souterraine (Creuse), moins de 6.000 habitants, le personnel de GM&S remet ça avec un rassemblement "national" à Poitiers, juste avant que le tribunal de commerce n'examine le dossier vers 16H30. Dans le même temps, le reste des 279 sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés continuera l'occupation d'usine à "La Soute". Le tribunal se prononce le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur une liquidation ou le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l'emboutisseur, deuxième employeur privé de Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre. Il devrait intégrer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la donne changée au cours des dernières 48 heures: le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé dimanche que PSA et Renault, principaux clients de GM&S, aule="color:#666;background-color:#fff5a9;">gmenteront leur commandes de 10 à 12 millions d'euros, et de 5 à 10 respectivement

gm&s: décision lundi sur la reprise, le maire garantit l'activité sur 5 ans

"Nous avons l'asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">surance d'avoir des commandes de PSA et Renault" à hauteur de 22 millions d'euros annuels pendant cinq ans, a dit le ministre, qui s'est rendu dans l'après-midi le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le site de l'usine GM&S à La Souterraine (Creuse), en ajoutant à ce chiffre le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la "garantie de 15 millions d'euros pour des investissements le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur des machines nouvelles".  Concernant ces investissements, le ministre a notamment asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">suré que PSA contribuerait bien à hauteur de cinq millions, une contribution équivalente à celles de l'État et de Renault. "Je me félicite que Carlos Tavares (ndlr: PDG de Peugeot PSA) ait finalement décidé hier (mardi) soir de contribuer également", a ajouté le ministre devant des journalistes. "Nous ne vous le="color:#666;background-color:#fff5a9;">laisserons pas tomber" et "nous avons une solution pour le site de La Souterraine",

gm&s: le maire garantit l'activité pour 5 ans, décision lundi sur la reprise

"Nous avons l'asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">surance d'avoir des commandes de PSA et Renault" à hauteur de 22 millions d'euros annuels pendant cinq ans, a dit le ministre, qui s'est rendu dans l'après-midi le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le site de l'usine GM&S à La Souterraine (Creuse), en ajoutant à ce chiffre le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la "garantie de 15 millions d'euros pour des investissements le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur des machines nouvelles".  Concernant ces investissements, le ministre a notamment asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">suré que PSA contribuerait bien à hauteur de cinq millions, une contribution équivalente à celles de l'État et de Renault. "Je me félicite que Carlos Tavares (ndlr: PDG de Peugeot PSA) ait finalement décidé hier (mardi) soir de contribuer également", a ajouté le ministre devant des journalistes. "Nous ne vous le="color:#666;background-color:#fff5a9;">laisserons pas tomber" et "nous avons une solution pour le site de La Souterraine",

le déficit public va approcher les 2,6% du pib en 2018, selon bruno le maire

"Il n'y aura pas 2,3% de déficit en 2018", a reconnu le ministre lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef), attribuant cette révision à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la croissance plus faible que prévu et à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la dette de SNCF Réseau. "S'agissant de 2018, le consensus des économistes est le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur un niveau de croissance de 1,7%", inférieur de 0,3 point à l'objectif initial du gouvernement, a souligné M. Le Maire. "C'est une hypothèse qui me semble raisonnable", a-t-il poursuivi, en reconnaissant que cele="color:#666;background-color:#fff5a9;">la aurait un "impact" le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le déficit. "Nous étions à 2,3. La moindre croissance va nous amener autour de 2,5 point de déficit. Il faut y ajouter le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la dette de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la SNCF Réseau, qui représente 0,1 point, ce qui nous met à 2,6", a calculé le ministre,

sncf: le maire appelle les syndicats à `reprendre le chemin de la négociation`

"L'épreuve de force, elle est là, je ne peux que le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la constater et je ne peux que le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la regretter, parce que dans une démocratie mature, on doit éviter ces rapports de force qui ne mènent nulle part", a décle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laré M. le Maire le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur Radio cle="color:#666;background-color:#fff5a9;">lassique. "J'appelle tout le monde et en particulier les syndicats à reprendre le chemin de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la discussion, de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la négociation avec (le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la ministre des Transports) Elisabeth Borne", a ajouté le locataire de Bercy. Ces propos interviennent alors que les syndicats de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la SNCF ont entamé le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi leur quatrième jour de grève, encore très suivie malgré une mobilisation en légère baisse (43% de grévistes parmi les personnels indispensables à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la circule="color:#666;background-color:#fff5a9;">lation des trains, contre 48% mercredi dernier). "Quel est leur projet alternatif? C'est de garder le statut, de ne pas ouvrir à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la

christian estrosi réélu maire de nice

A le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">surprise générale, Christian Estrosi avait annoncé le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi sa démission de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la présidence de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), pour reprendre sa ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lace à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la tête de sa ville, où sa famille politique traverse de fortes turbulences. Une semaine plus tard, il a été a été réélu maire de Nice lors d'une réunion extraordinaire du Conseil municipal, rapporte un journaliste de Nice Matince le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi matin.  Frappé par le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la règle du non-cumul des mandats, Christian Estrosi, 61 ans, avait cédé son fauteuil de maire il y a moins d'un an, gardant néanmoins le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la main le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur Nice comme premier adjoint en charge de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la sécurité, des ressources humaines, aux finances, aux transports, aux travaux et même à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la voirie et au stationnement. Il a été réélu par 55 voix le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur 57 avant d'être chaleureusement apple="color:#666;background-color:#fff5a9;">laud

bruno le maire répond aux critiques

Le Monde
| 18.10.2017 à 18h23
|
Propos recueillis par Pierre Trouvé et
Marc BettinelliLe ministre de l’économie, Bruno Le Maire, était l’invité du Club de l’économie du Monde, mercredi 18 octobre. Il a défendu le projet de loi de finance débattu en ce moment à l’Assemblée nationale et est notamment revenu le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur l’un de ses points les plus polémiques : le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la réforme de l’ISF. Alors que l’ancien président François Holle="color:#666;background-color:#fff5a9;">lande a dénoncé le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi « des le="color:#666;background-color:#fff5a9;">largesses aux contribuables qui savent ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lacer très opportunément leur argent », M. Le Maire a affirmé mener un projet « juste et efficace, qui tient compte de ceux qui sont les plus fragiles ».LE MONDE

démission de julliard: `énorme déception` d'hidalgo qui ne se sent `pas isolée`

M. Julliard a démissionné le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi en reprochant son "inconstance" à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la maire socialiste de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la capitale, critiquant son "déficit d'humilité" et son "opportunisme".  "C'est très violent. Malheureusement, c'est le lot de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la fonction qu'on occupe. Être maire de Paris, c'est avoir les épaules le="color:#666;background-color:#fff5a9;">larges et savoir encaisser", répond Mme Hidalgo dans un entretien au Figaro. "On n'a pas de colère dans ce genre de situation, mais je ressens une énorme déception, bien sûr", ajoute-t-elle. À travers les critiques émises par Bruno Julliard, "c'est l'action de toute une équipe qu'il remet en cause. Mais je peux compter le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur mes adjoints, les maires d'arrondissement et beaucoup d'autres. C'est quand même plutôt réconfortant pour moi. Non, je ne suis pas isolée", affirme Anne Hidalgo Lundi elle avait pris acte

les collaborateurs du maire de dakar en difficulté

Les accusés doivent répondre de dépenses de plus de 2,7 millions d’euros prélevés, selon le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la justice, dans les caisses de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la mairie à des fins politiques.
Par Matteo Maille="color:#666;background-color:#fff5a9;">lard (Dakar, correspondance)
Le Monde.fr avec AFP
Le 07.02.2018 à 13h43



Mis à jour le 07.02.2018 à 22h24
Des personnes se pressent près du pale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lais de justice de Dakar, le 14 décembre 2017, pour assister au procès de Khalifa Sall et de ses colle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laborateurs.Crédits : SEYLLOU / AFPDes colle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laborateurs du maire de Dakar, Khalifa Sall, jugés à ses côtés pour « détournements de fonds publics », ont été mis en difficulté, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 5 février, devant le tribunal correctionnel de Dakar, où l’élu dakarois a une nouvelle fois dénoncé un procès à visées « politiques ». « Il faut cesser de malmener nos clients comme des canards

législatives: exclu de lr, bruno le maire a obtenu l'étiquette rem

Ce n'est qu'une demi-le="color:#666;background-color:#fff5a9;">surprise. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie fraîchement extirpé des Républicains par Emmanuel Macron, sera finalement le candidat investi par La République en marche (REM) dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la 1ère circonscription de l'Eure, où il se représente pour les élections législe="color:#666;background-color:#fff5a9;">latives. Une liste d'investitures actualisée par le parti présidentiel ce le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi l'a confirmé.  LIRE AUSSI >> Bruno Le Maire, un voyage sans retour Selon une source au sein de REM, le locataire de Bercy a demandé en préfecture son rattachement au mouvement fondé par Emmanuel Macron, ce qui constitue une "marque de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la cohérence gouvernementale". Jusqu'à maintenant, Bruno Le Maire faisait campagne sous l'étiquette "majorité présidentielle". Il affronte une candidate LR bien imple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lantée, l'adjointe au maire d'Evreux Co

le maire de challans veut obliger le soleil à briller et interdire à la pluie de

Le maire de Challe="color:#666;background-color:#fff5a9;">lans, en Vendée, a pris un arrêté municipal portant « obligation d’ensoleillement toute le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la journée du le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi au dimanche et de pluie trois nuits par semaine ».Le Monde
| 16.02.2018 à 12h24
• Mis à jour le
16.02.2018 à 12h30
|
Par Charlotte Herzog
Le Petit Prince disait « Tu sais… quand on est tellement triste, on aime les couchers de soleil… ». En Vendée, le maire de Challe="color:#666;background-color:#fff5a9;">lans, Serge Rondeau, lui, s’adresse carrément au soleil. Considérant l’évidente dépendance du moral des Challe="color:#666;background-color:#fff5a9;">landais (et de tout le monde, en fait) au taux d’ensoleillement, il « oblige » le soleil à se « présenter tous les matins du le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi au dimanche dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la ville de Challe="color:#666;background-color:#fff5a9;">lans et, par extension, à tout le département de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Vendée ».Quant à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la pluie, qui « s’est suffisamment invitée en journée » ces de

l’etat met la pression sur psa

Le ministère de l’économie a accusé le constructeur automobile, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi, de refuser de participer au financement de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la modernisation du site de l’équipementier creusois.Le bras de fer se poursuit. A deux jours d’une audience cruciale pour le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l’équipementier automobile GM & S, le ministère de l’économie a accusé PSA de refuser de « participer » au financement de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la modernisation du site, une accusation démentie par le constructeur, même s’il promet moins que demandé par le repreneur potentiel.PSA « a confirmé [le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi] au ministère de l’économie et des finances qu’il ne souhaitait pas participer » au financement de 15 millions d’euros demandé par le repreneur potentiel de GM & S, à savoir le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la société stéphanoise GMD, a affirmé, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 17 juillet, Bercy dans un communiqué.« Il manque do

l’équipementier devra attendre le 24 juillet pour être fixé sur son sort

La justice, qui examinait le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l’entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise en liquidation judiciaire, rendra sa décision en début de semaine prochaine.Le Monde
| 19.07.2017 à 09h40
• Mis à jour le
19.07.2017 à 14h52
|
Par Éric Béziat
Prolongation de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la période d’observation ou liquidation judiciaire définitive ? Ce mercredi 19 juillet devait être une journée décisive – et éprouvante – pour les 277 sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de GM&S, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016, et qui s’était invité dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la campagne électorale présidentielle.Le tribunal de commerce de Poitiers examinait à partir de 10 heures le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de GM&S, celle du numéro un français de l’emboutissage, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la société stéphanoise GMD, également équipeme

l’équipementier devra attendre le 24 juillet pour être fixé sur son sort

La justice, qui examinait le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l’entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise en liquidation judiciaire, rendra sa décision en début de semaine prochaine.Le Monde
| 19.07.2017 à 09h40
• Mis à jour le
19.07.2017 à 19h16
|
Par Éric Béziat
Prolongation de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la période d’observation ou liquidation judiciaire définitive ? Ce mercredi 19 juillet devait être une journée décisive – et éprouvante – pour les 277 sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de GM&S, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016, et qui s’était invité dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la campagne électorale présidentielle.Le tribunal de commerce de Poitiers examinait à partir de 10 heures le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de GM&S, celle du numéro un français de l’emboutissage, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la société stéphanoise GMD, également équipeme

gm&s: `nous ne sommes pas loin d'une solution`, estime bruno le maire

"Nous travaillons depuis des jours, nous ne sommes pas loin d'une solution", a-t-il décle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laré le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur BFM TV. Le ministre a par ailleurs réitéré son appel à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la levée du blocage d'un site de PSA dans l'Allier par des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de GM&S, qui est selon lui une "condition à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise du dialogue". 

gm&s: décision jeudi sur une reprise `mieux que rien`, le personnel remobilisé

Le tribunal "a mis sa décision en délibéré au 7 septembre", a annoncé le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi Me Jean-Louis Borie aux sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés et à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la presse à l'issue d'une audience à huis clos au tribunal de commerce de Poitiers, énième acte judiciaire pour GM&S, ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lacé en redressement judiciaire en décembre, liquidé en juin. "On a assez peu de doutes le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur ce qui va se passer jeudi", a ajouté Me Borie en référence à une validation de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise, asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">surant que cette étape "n'est pas l'épilogue". Pour lui, "seule l'action des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés peut faire évoluer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la situation", pour améliorer l'offre le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur les emplois et l'accompagnement des licenciés, "même une fois le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise homologuée". Dès mardi matin, les sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés ont prévu "une action nationale en région parisienne", a-t-on indiqué de source syndicale, sans plus de précision. Sur

gm&s: décision jeudi sur une reprise `mieux que rien`, le personnel remobilisé

Le tribunal "a mis sa décision en délibéré au 7 septembre", a annoncé le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi Me Jean-Louis Borie aux sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés et à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la presse à l'issue d'une audience à huis clos au tribunal de commerce de Poitiers, énième acte judiciaire pour GM&S, ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lacé en redressement judiciaire en décembre, liquidé en juin. "On a assez peu de doutes le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur ce qui va se passer jeudi", a ajouté Me Borie en référence à une validation de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise, asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">surant que cette étape "n'est pas l'épilogue". Pour lui, "seule l'action des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés peut faire évoluer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la situation", pour améliorer l'offre le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur les emplois et l'accompagnement des licenciés, "même une fois le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise homologuée". Dès mardi matin, les sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés ont prévu "une action nationale en région parisienne", a-t-on indiqué de source syndicale, sans plus de précision. Sur

gm&s: la justice valide la reprise par gmd, avec 120 emplois maintenus

La le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise par l'emboutisseur français GMD sera effective le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi à 00H00.  Encore dans le car de retour d'une manifestation devant un site de PSA dans l'Allier, les sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de GM&S ont appris ce jugement "sans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">surprise", a décle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laré Yann Augras, délégué CGT, joint au téléphone par l'AFP, annonçant "des actions qui vont reprendre de plus belle" pour améliorer les conditions de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise. "Désormais, notre seul interlocuteur pour faire évoluer l'offre en termes d'emploi est donc M. (Ale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lain) Martineau", le PDG de GMD , a souligné le syndicaliste. "Je viendrai en personne le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur site avec mon équipe et mes cadres" dès le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi, "date d'entrée en jouissance", a de son côté décle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laré M. Martineau. "Je reste très optimiste pour l'avenir du site", a-t-il ajouté. Dans ses motivations, le tribunal "regrette l

prestations sociales: darmanin se démarque de le maire

"On a le droit d'avoir des sensibilités différentes (avec M. Le Maire)", a reconnu M. Darmanin le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur BFM/RMC, tout en soulignant que le ministre de l'Economie n'avait "pas été male="color:#666;background-color:#fff5a9;">ladroit" lorsqu'il a jugé dimanche légitime de réduire le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la politique sociale le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur l'emploi. Le ministre des Comptes publics a douté que le moment soit le bon pour réduire les prestations sociales, à "un moment où les Français voient le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise économique, mais dont les difficultés sont grandes".  "Je pense qu'il ne faut pas toucher aux prestations sociales individuelles", a-t-il affirmé, sans écarter pour autant des changements dans ce domaine, qui pourraient se traduire par une baisse de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la dépense publique.  "Je pense qu'il faut faire des réformes importantes dans le domaine social. Il y a évidemment des économies à

bercy devra trouver 1,1 milliard d’euros d’économies pour financer la loi pacte

Le texte porté par Bruno Le Maire a été présenté en conseil des ministres le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi.Enfin. Après deux mois de reports successifs, le projet de loi « rele="color:#666;background-color:#fff5a9;">latif à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la croissance et le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la transformation des entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprises » (dit Pacte) a été présenté, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 18 juin, en conseil des ministres. Un accouchement dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la douleur pour ce texte hétéroclite, qui ne vise rien moins qu’à « rele="color:#666;background-color:#fff5a9;">lancer notre croissance et notre économie », a souligné le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, qui bataille depuis des mois pour s’imposer dans un agenda politique et de réformes le="color:#666;background-color:#fff5a9;">surchargé.Entamé à l’automne par une vaste consultation de chefs d’entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise et de parlementaires, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la loi Pacte vise en priorité les PME et entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprises de taille intermédiaire (ETI) tricolores, « trop petites pour affronter le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la transformation

la ministre des outre-mer arrive à mayotte

Depuis le 20 février, le 101e département français est paralysé par une grève générale. Au centre des revendications des Mahorais, l’insécurité et les conditions de vie.La ministre des outre-mer, Annick Girardin, est arrivée le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 12 mars au matin à Mayotte, pour tenter de trouver une issue au mouvement de contestation popule="color:#666;background-color:#fff5a9;">laire qui touche l’île depuis le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la fin de février. Il s’agit « de concrétiser le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le terrain le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la proposition de dialogue du gouvernement, alors qu’un grand nombre d’élus ont manifesté leur volonté de s’inscrire dans cette démarche », a-t-on appris du ministère.Cette visite a lieu alors que le 101e département français entre dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la quatrième semaine d’un mouvement de contestation popule="color:#666;background-color:#fff5a9;">laire contre l’insécurité, mené par une intersyndicale mahoraise.Dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la délégation de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la m

la croissance mondiale va encore accélérer en 2018 et 2019, selon le fmi

L’économie ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lanétaire devrait progresser de 3,9 % cette année et le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la suivante, après 3,7 % en 2017, selon les prévisions du Fonds monétaire international publiées le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi.Le Monde
| 22.01.2018 à 15h00
• Mis à jour le
22.01.2018 à 15h09
|
Par Marie de VergèsL’économie mondiale est le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lancée le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur de bons rails et sa croissance devrait encore accélérer. Dans ses dernières prévisions, publiées le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 22 janvier, le Fonds monétaire international (FMI) estime que le produit intérieur brut (PIB) ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lanétaire devrait progresser de 3,9 % en 2018 et 2019, après 3,7 % en 2017. Ces chiffres ont tous été révisés à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la hausse depuis les perspectives publiées à l’automne par l’institution de Washington (+ 0,2 point de pourcentage pour cette année et l’an prochain, et + 0,1 point pour 2017).Une le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise qui se

les gm & s prêts à poursuivre leurs actions après la reprise

Le tribunal de commerce de Poitiers examine le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la table. Il rendra sa décision dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la semaine.Le Monde
| 02.09.2017 à 10h42
• Mis à jour le
04.09.2017 à 07h15
|
Par Denis CosnardUne nouvelle phase s’ouvre dans le dossier GM & S, cet équipementier automobile de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse devenu le premier incendie social du quinquennat d’Emmanuel Macron. Longtemps menacé de disparition pure et simple, le site de La Souterraine est désormais en passe d’être partiellement repris par un industriel français concurrent, GMD. L’affaire devrait être conclue dans les prochains jours. Mais le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la colère des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés, qui avaient menacé de fairesauter leur usine, n’est pas éteinte pour autant.Dès mardi 5 septembre, ils ont prévu de mener en région parisienne des actions visant les

plan social en vue pour le site de ford à blanquefort

"Ford Aquitaine Industries a présenté un ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lan de sauvegarde de l'emploi (PSE) complet qui inclut des programmes de redéploiement et de pré-retraite, ainsi que des mele="color:#666;background-color:#fff5a9;">sures pour aider les sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés à rejoindre de nouveaux employeurs dans l'hypothèse où aucun repreneur ne serait trouvé et où le site devrait fermer", a décle="color:#666;background-color:#fff5a9;">laré le constructeur dans un communiqué. Le groupe automobile américain a néanmoins précisé que le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la priorité demeurait "le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la recherche d'un repreneur présentant un ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lan de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise viable" pour ce site produisant des boîtes de vitesse, estimant que de "bons progrès" avaient déjà été réalisés. Les réactions n'ont pas tardé, à commencer par celle du ministre de l'Economie Bruno le Maire. "Des discussions pour céder le site à un industriel sont actuellement en cours. A ce stade, une

les gm & s prêts à poursuivre leurs actions après la reprise

Le tribunal de commerce de Poitiers examine, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la seule offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la table. Il rendra sa décision dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la semaine.Le Monde
| 02.09.2017 à 10h42
• Mis à jour le
04.09.2017 à 04h13
|
Par Denis CosnardUne nouvelle phase s’ouvre dans le dossier GM & S, cet équipementier automobile de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse devenu le premier incendie social du quinquennat d’Emmanuel Macron. Longtemps menacé de disparition pure et simple, le site de La Souterraine est désormais en passe d’être partiellement repris par un industriel français concurrent, GMD. L’affaire devrait être conclue dans les prochains jours. Mais le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la colère des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés, qui avaient menacé de faire sauter leur usine, n’est pas éteinte pour autant.Dès mardi 5 septembre, ils ont prévu de mener en région parisienne des actions visant

macron promet une « cellule de crise » sur les « conditions de la reprise »

Le président est allé à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la rencontre des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, s’engageant à faire « le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».« Une cellule de crise à l’Elysée » qui va « travailler activement à organiser les conditions de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise » de GM & S Industry, menacé de liquidation. C’est ce à quoi s’est engagé le chef de l’Etat, a annoncé vendredi 9 juin un délégué CGT des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés, a l’issue d’une rencontre avec Emmanuel Macron.Le président est venu vendredi à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la rencontre des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire« le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».La cellule de crise est « d’ores et déjà opérationnelle », a dit à des

aciérie de saint-saulve: etat et collectivités préparent l'avenir

L'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, qui appartenait au groupe Ascométal en liquidation judiciaire, ne figure pas dans le périmètre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach choisi cette semaine par le tribunal de Strasbourg. Mardi, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait annoncé un accord pour maintenir l'activité du site pendant un an et ses modalités ont été précisées vendredi à l'issue d'une réunion avec les parties prenantes. Le ministre a expliqué qu'un accord avait été conclu le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur un engagement de commandes des industriels - le groupe suisse et le français Vallourec actionnaire à 40% de l'aciérie - à un prix permettant d'asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">surer une activité rentable durant un an du site, qui emploie 300 personnes. Vendredi après-midi, un vote a eu lieu le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur ce site: "94% des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">larié

« un individu isolé qui a râté son but », dit le maire de la ville

Une défle="color:#666;background-color:#fff5a9;">lagration s’est produite le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 11 décembre, au matin, près d’une importante gare routière dans le centre de Manhattan, a fait savoir le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la police de New York. Pour le maire de New York, Bill de Ble="color:#666;background-color:#fff5a9;">lasio, il s’agissait d’une « tentative d’attentat terroriste ».L’explosion a eu lieu près de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la gare routière de Port Authority, dans un couloir de métro, très fréquenté à ce moment de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la journée. Selon les pompiers, quatre personnes, dont le suspect qui portait les explosifs, ont été blessées.Le quartier de Manhattan fut le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la cible d’un attentat au camion bélier le 31 octobre, qui fit huit morts et douze blessés.LE MONDE

le tribunal de commerce de poitiers se prononce sur l’unique offre de reprise

La justice commerciale se penche une nouvelle fois le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur l’offre du « numéro un » français de l’emboutissage, GMD, seul candidat à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l’équipementier automobile.Audience de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la dernière chance pour les sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de GM&S Industry, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse. Le tribunal de commerce de Poitiers se prononce, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 31 juillet, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur l’unique offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de l’équipementier automobile en redressement judiciaire depuis décembre 2016. Une offre faite par le « numéro un » français de l’emboutissage, GMD, qui ne prévoit le maintien que de 120 sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur 277.Après un le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sursis supplémentaire d’une semaine accordé le 24 juillet, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la justice commerciale se penche une nouvelle fois le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le sort du deuxième employeur privé de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Creuse, en liquidation depu

la mairie et le domicile du maire du kremlin-bicêtre perquisitionnés

Une enquête préliminaire a été ouverte pour « ble="color:#666;background-color:#fff5a9;">lanchiment de fraude fiscale » et « trafic d’influence » suite à des soupçons d’attribution frauduleuse de marchés publics.La mairie du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et le domicile du maire de cette commune de banlieue parisienne ont été perquisitionnés le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 22 et mardi 23 mai, dans le cadre d’une enquête portant le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur des soupçons d’attribution frauduleuse de marchés publics, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.Cette enquête préliminaire a été ouverte pour « ble="color:#666;background-color:#fff5a9;">lanchiment de fraude fiscale » et « trafic d’influence », a expliqué le ministère public, confirmant une information du journal Le Parisien.Le parquet a en revanche refusé de préciser quels marchés publics pourraient être concernés, à quelle époque ils ont été conclus et les somme

gm&s: jugée `insuffisante`, l'offre de reprise inquiète toujours le personnel

A deux jours d'un nouveau rendez-vous avec le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la justice, l'inquiétude reste de mise. Le personnel de l'équipementier creusois GM&S Industry a réaffirmé vendredi que l'offre de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">laquelle doit se prononcer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi le tribunal de commerce de Poitiers, est "insuffisante" le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lan de l'emploi, et ne saurait garantir "une le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise sereine et pérenne". L'audience du 4 septembre pourrait entériner le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise par l'emboutisseur GMD -seule offre ferme- le Comité d'entle="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise considère qu'en l'état des engagements de PSA et Renault (principaux clients de GM&S) l'offre est "le="color:#666;background-color:#fff5a9;">largement insuffisante quand au nombre de postes conservés", soit 120 le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur les 277 qui font de GM&S le deuxième employeur privé de Creuse. Des doutes le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la pérennité du site à long termeEvoquant le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la "casse sociale énorme"

macron s’engage à une « cellule de crise » sur les « conditions de la reprise »

Le président est venu à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la rencontre des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire « le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».« Une cellule de crise à l’Elysée » qui va « travailler activement à organiser les conditions de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise » de GM & S Industry, menacé de liquidation. C’est ce à quoi s’est engagé le chef de l’Etat, a annoncé vendredi 9 juin un délégué CGT des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés, a l’issue d’une rencontre avec Emmanuel Macron.Le président est venu vendredi à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la rencontre des sale="color:#666;background-color:#fff5a9;">lariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire« le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».La cellule de crise est « d’ores et déjà

les offres de reprise de tati sous la loupe du tribunal à bobigny

La filiale du groupe Eram, Agora Distribution, est en redressement judiciaire depuis le 4 mai. Plus de 1 700 emplois sont en jeu.Les trois offres de le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise de Tati et de trois autres enseignes d’Agora Distribution (groupe Eram) seront examinées le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi 29 mai par le tribunal de commerce de Bobigny, qui mettra sa décision en délibéré. Plus de 1 700 emplois sont en jeu.La filiale du groupe Eram, lele Agora distribution, qui regroupe les enseignes Tati, Fabio Lucci, Gigastore et Degrif’Mania, soit 140 magasins au total, a été ple="color:#666;background-color:#fff5a9;">lacée en redressement judiciaire le 4 mai, plongeant les employés dans l’inquiétude.Trois repreneurs potentielsLes repreneurs avaient jusqu’à mardi soir minuit pour déposer leur offre finale, qui a été améliorée, au tribunal de commerce de Bobigny. Le groupe Philippe

le trafic du rer a toujours interrompu mercredi

L’opérateur des transports publics parisiens a dit mercredi matin le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur Twitter qu’il n’était « actuellement [pas] en mele="color:#666;background-color:#fff5a9;">sure de communiquer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise ».« De lourds travaux sont en cours pour permettre le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise du trafic. Leur achèvement ne permet pas d’envisager une le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise du trafic mercredi matin », écrivait le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la RATP mardi soir dans un communiqué, précisant que « l’eau continuait à couler avec un débit plus faible mardi soir » dans le tunnel.Mercredi matin, l’opérateur des transports publics parisiens disait le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur Twitter qu’il n’était « actuellement [pas] en mele="color:#666;background-color:#fff5a9;">sure de communiquer le="color:#666;background-color:#fff5a9;">sur le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la le="color:#666;background-color:#fff5a9;">reprise ».« C’est un incident très grave »De l’eau boueuse est entrée dans le tunnel par une brèche creusée accidentellement le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi par des travaux pour l’extension du RER E vers l’ouest (Eole). L’incid

hidalgo assure avoir trouvé une « solution »pour la tenue du festival afrofémini

Après avoir demandé l’interdiction de cette manifestation en partie réservée aux femmes noires, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la maire de Paris a annoncé que les ateliers non mixtes se dérouleront dans un cadre privé.Après avoir demandé, dimanche 28 mai, l’interdiction du festival « afroféministe européen » Nyansapo, dont le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la plupart des ateliers sont réservés aux femmes noires, le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la maire de Paris, Anne Hidalgo, a asle="color:#666;background-color:#fff5a9;">suré le="color:#666;background-color:#fff5a9;">lundi avoir trouvé une « solution » avec les organisateurs.Prévu du 28 au 30 juillet en partie à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Générale, une salle située dans le 11e arrondissement et qui appartient à le="color:#666;background-color:#fff5a9;">la Ville de Paris, le festival est organisé en plusieurs espaces, notamment un espace « non mixte femmes noires (80 % du festival) », un autre « non mixte personnes noires » et un « espace ouvert à toutes et à tous ».Mme Hidalgo, qui

Facebook Twitter Google Plus Digg Share This

All rights reserved. © Laxaro 2016-2017 Run in 0.23 seconds