Laxaro Your source for the latest research news
 gmd confirme auprs de bercy son offre de reprise partielle de gm s
gmd confirme auprès de bercy son offre de reprise partielle de gm & s

Le tribunal de commerce de Poitiers doit rendre vendredi sa décision sur le sort de l’équipementier creusois, menacé de liquidation.A l’issue d’une réunion mercredi 28 juin à Bercy, l’entreprise GMD a confirmé son souhait de déposer une offre de reprise partielle de l’équipementier automobile GM & S – menacé de liquidation –, a fait savoir le ministère de l’économie dans un communiqué. L’emboutisseur stéphanois propose de reprendre le site de La Souterraine (Creuse) et de garder 120 de ses 277 salariés, « sous réserve du financement d’un plan d’investissements de 10 millions d’euros et d’un accompagnement des pouvoirs publics ». GMD est le seul repreneur potentiel. Le tribunal de Poitiers doit examiner son offre au plus tard vendredi.Lever les conditions suspensivesMardi soir, Bercy avait

gmd confirme auprès de bercy son offre de reprise partielle de gm & s

Le tribunal de commerce de Poitiers doit rendre vendredi sa décision sur le sort de l’équipementier creusois, menacé de liquidation.A l’issue d’une réunion mercredi 28 juin à Bercy, l’entreprise GMD a confirmé son souhait de déposer une offre de reprise partielle de l’équipementier automobile GM & S – menacé de liquidation –, a fait savoir le ministère de l’économie dans un communiqué. L’emboutisseur stéphanois propose de reprendre le site de La Souterraine (Creuse) et de garder 120 de ses 277 salariés, « sous réserve du financement d’un plan d’investissements de 10 millions d’euros et d’un accompagnement des pouvoirs publics ». GMD est le seul repreneur potentiel. Le tribunal de Poitiers doit examiner son offre au plus tard vendredi.Lever les conditions suspensivesMardi soir, Bercy avait

gmd confirme auprès de bercy son offre de reprise partielle de gm & s

Le tribunal de commerce de Poitiers doit rendre vendredi sa décision sur le sort de l’équipementier creusois, menacé de liquidation.A l’issue d’une réunion mercredi 28 juin à Bercy, l’entreprise GMD a confirmé son souhait de déposer une offre de reprise partielle de l’équipementier automobile GM & S – menacé de liquidation –, a fait savoir le ministère de l’économie dans un communiqué. L’emboutisseur stéphanois propose de reprendre le site de La Souterraine (Creuse) et de garder 120 de ses 277 salariés, « sous réserve du financement d’un plan d’investissements de 10 millions d’euros et d’un accompagnement des pouvoirs publics ». GMD est le seul repreneur potentiel. Le tribunal de Poitiers doit examiner son offre au plus tard vendredi.Lever les conditions suspensivesMardi soir, Bercy avait

gmd dépose une offre pour reprendre 120 emploi de l’équipementier gm&s

Le tribunal de commerce de Poitiers doit rendre vendredi sa décision sur le sort de l’équipementier creusois, menacé de liquidation.L’emboutisseur stéphanois GMD a officiellement déposé, jeudi 29 juin, une offre de reprise partielle de l’équipementier automobile GM & S – menacé de liquidation –, a fait savoir à l’AFP l’avocat des salariés, Me Louis Borie. Cette offre a été déposée au tribunal de commerce de Poitiers, qui doit statuer vendredi sur l’avenir de cette entreprise, deuxième employeur privé de la Creuse.L’emboutisseur stéphanois propose de reprendre le site de La Souterraine et de garder 120 de ses 277 salariés, « sous réserve du financement d’un plan d’investissements de 10 millions d’euros et d’un accompagnement des pouvoirs publics ». GMD est le seul repreneur potentiel du sit

gm&s: gmd confirme son offre de reprise partielle

GMD, un emboutisseur stéphanois, propose de reprendre le site de l'équipementier à La Souterraine (Creuse), et de garder 120 de ses 277 salariés, mais les syndicats l'accusent de refuser toute indemnité de licenciement à un montant supérieur à celui fixé par la loi. Mercredi, une première rencontre a eu lieu à 14H00 à Bercy entre le président de GMD, des représentants de PSA et Renault et le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Benjamin Griveaux. Ensuite, le secrétaire d'Etat s'est rendu dans un hôtel du 15e arrondissement afin de rencontrer les délégués syndicaux à partir de 17H00. "J'ai reçu les constructeurs et le repreneur potentiel à Bercy en début d'après-midi pendant deux heures. Nous travaillons. Vous me permettrez de réserver la primeur aux représentants des salariés

gm&s: psa refuse d'investir 5 millions d'euros, la reprise menacée selon bercy

PSA "a confirmé (...) qu'il ne souhaitait pas participer" au financement de 15 millions d'euros demandé par le repreneur potentiel GMD, et "il manque donc cinq millions d'euros pour faire aboutir la reprise", indique Bercy dans un communiqué de point d'étape des discussions, confirmant par ailleurs l'engagement de l'Etat et de Renault d'apporter 10 millions d'euros. 

psa refuse d’investir 5 millions d’euros et menace le projet de reprise

Le constructeur automobile a confirmé son refus de participer au financement de la modernisation du site de GM&S, menaçant le projet de reprise de l’équipementier automobile creusois.
Lire aussi :
 

GM&S : Renault et Peugeot font un geste supplémentaire
PSA « a confirmé (...) qu’il ne souhaitait pas participer » au financement de 15 millions d’euros demandé par le repreneur potentiel GMD, et « il manque donc cinq millions d’euros pour faireaboutir la reprise », fait savoir Bercy dans un communiqué de point d’étape des discussions, confirmant par ailleurs l’engagement de l’Etat et de Renault d’apporter 10 millions d’euros.

reprise de gm&s: renault et psa vont investir 10 millions d'euros

Le site traverse son troisième redressement judiciaire en huit ans et est menacé de liquidation. Les constructeurs automobiles Renault et PSA ont confirmé le montant des commandes promises pour pérenniser le site de l'équipementier automobile GM&S. Ils ont prévu d'y investir 10 millions d'euros, a annoncé mardi soir le ministère de l'Economie après une réunion de crise à Paris dans l'après-midi. LIRE AUSSI >> Offre de reprise de GM&S: pourquoi ça coince? Les discussions qui se sont tenues à Bercy entre des syndicalistes et le secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie Benjamin Griveaux se sont prolongées dans le bureau du ministre Bruno Le Maire jusqu'à près de minuit, a indiqué un porte-parole du ministre. Selon le communiqué diffusé ensuite par le ministère, "Carlos Ghosn et Carlos Tav

l’équipementier devra attendre encore une semaine pour être fixé sur son sort

La justice a accordé un nouveau délai, d’une semaine, à l’équipementier automobile en liquidation judiciaire et statuera sur l’offre de reprise partielle le 31 juillet.Ce 24 juillet devait une nouvelle fois être une journée décisive pour les 277 salariés de GM & S Industry, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016. Mais ils devront, encore une fois, faire preuve de patience.Le tribunal de commerce de Poitiers a accordé, lundi 24 juillet, un nouveau délai, d’une semaine, à l’équipementier automobile et statuera sur l’offre de reprise partielle le 31 juillet à partir de 15 heures.Le repreneur potentiel, l’emboutisseur stéphanois GMD a transmis au tribunal une note en délibéré demandant un « court délai », que la jur

l’équipementier devra attendre encore une semaine pour être fixé sur son sort

La justice a accordé un nouveau délai d’une semaine à l’équipementier automobile en liquidation judiciaire et statuera sur l’offre de reprise partielle le 31 juillet.Ce 24 juillet devait une nouvelle fois être une journée décisive pour les 277 salariés de GM&S Industry, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016. Mais ils devront, encore une fois, faire preuve de patience.Le tribunal de commerce de Poitiers a accordé, lundi 24 juillet, un nouveau délai, d’une semaine, à l’équipementier automobile et statuera sur l’offre de reprise partielle le 31 juillet à partir de 15 heures.
Lire aussi :
 

Dans la Creuse, au pays de GM&S, « chaque emploi va se chercher avec les dents »
Le repreneur potentiel, l’emboutis

gm&s industry: une audience clef, et peut-être un nouveau sursis

L'emboutisseur/soudeur/assembleur de La Souterraine, au poids économique crucial en Creuse où il est le deuxième employeur privé, est dans l'attente d'une offre de reprise après six mois passés en redressement judiciaire. Son site est bloqué depuis dix jours par les salariés, après une première occupation de deux semaines en mai.  Une délégation de représentants syndicaux GM&S a été reçue jeudi à Bercy, où l'entourage du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a dit avoir bon espoir de voir le tribunal de Poitiers reporter sa décision au 30 juin, qui est le terme de la période d'observation. Une offre du leader français de l'emboutissage, le groupe stéphanois GMD, a été transmise au tribunal de commerce, "ce qui devrait permettre de donner un délai supplémentaire", a-t-on précisé de même s

gm&s: journée décisive pour les 227 salariés

La décision est vendredi matin entre les mains du Tribunal de Commerce de Poitiers, qui a placé l'entreprise de La Souterraine en redressement judiciaire en décembre dernier, son troisième en huit ans. Liquidation pure et simple faute d'offre de reprise ferme? Prolongation de l'activité avec une période d'observation? Reprise partielle? Le suspense aura duré jusqu'au dernier moment car le groupe stéphanois GMD, numéro un de l'emboutissage en France, a attendu la dernière minute, jeudi soir à 19H30, pour déposer "une offre ferme en bonne et due forme", comme l'a annoncé à l'AFP l'avocat des salariés du deuxième entrepreneur privé de la Creuse, à La Souterraine, Jean-Louis Borie. "L'offre se situe exactement là où GMD l'avait annoncé dès le début: 120 salariés", a-t-il expliqué. L'annonce du

gm&s: nouveau sursis d'une semaine, `progrès` vers une reprise toujours partiell

Dans ce dossier social épineux -- et médiatisé -- des premiers mois du gouvernement Philippe, le tribunal a indiqué que l'unique repreneur potentiel, le groupe d'emboutissage GMD, avait demandé à la juridiction un "court délai", les administrateurs judiciaires s'associant à cette demande. "Les conditions suspensives liées à l'offre ne sont pas levées", ont noté les magistrats, mais "des progrès substantiels sont en cours de négociation finale", souligne aussi le tribunal qui a décidé la poursuite de l'activité jusqu'au 31 juillet, date de la prochaine audience.  "Il pourrait alors être statué soit sur l'absence d'offre de reprise si les conditions suspensives ne sont pas levées, soit sur la réalisation d'un plan de cession partielle dans le cadre de l'offre de GMD", a déclaré l'avocat du C

gm&s: décision le 4 septembre sur sur l'offre de gmd (tribunal)

Dans son jugement rendu public peu avant 18h30, le tribunal "décide de rouvrir les débats dans son audience (...) du 4 septembre 2017 à 10h00 aux fins de statuer sur l'offre de reprise partielle de la société GM&S Industry France par la société GMD après avoir recueilli notamment l'avis des institutions représentatives du personnel". Parallèlement, le tribunal de commerce prolonge l'activité de l'usine de La Souterraine (Creuse) jusqu'au 18 septembre à minuit. A l'issue de l'audience, l'avocat de salariés, Me Jean-Louis Borie, avait expliqué devant la presse que "le tribunal n'a fait que constater qu'il disposait maintenant d'une offre de reprise ferme, valide jusqu'au 20 septembre". "On s'oriente vers une reprise par GMD", numéro un français de l'emboutissage dont l'offre prévoit le maint

gm&s: le tribunal de commerce de poitiers statuera sur l'offre de gmd le 4 septe

Dans son jugement rendu public peu avant 18H30, le tribunal "décide de rouvrir les débats dans son audience (...) du 4 septembre 2017 à 10H00 aux fins de statuer sur l'offre de reprise partielle de la société GM&S Industry France par la société GMD après avoir recueilli notamment l'avis des institutions représentatives du personnel". Parallèlement, le tribunal de commerce prolonge l'activité de l'usine de La Souterraine (Creuse) jusqu'au 18 septembre à minuit. A l'issue de l'audience, l'avocat de salariés, Me Jean-Louis Borie, a expliqué devant la presse que "le tribunal n'a fait que constater qu'il disposait maintenant d'une offre de reprise ferme, valide jusqu'au 20 septembre". "On s'oriente vers une reprise par GMD", numéro un français de l'emboutissage dont l'offre prévoit le maintien

gm&s: la justice se prononce sur une reprise `mieux que rien`

Comme lors des multiples audiences depuis le redressement judiciaire en décembre, depuis la liquidation fin juin, les "tee-shirts bleus" de GM&S viendront lundi en nombre depuis le site de La Souterraine (Creuse) pour manifester, entre fumigènes, pétards et cornes de brume, devant le tribunal de commerce de Poitiers. La juridiction --qui pourrait mettre sa décision en délibéré à quelques jours-- statue à partir de 10h00 sur l'offre de reprise partielle de GM&S (emboutissage, assemblage, tôlerie) par le leader français de l'emboutissage, GMD (Groupe Mécanique Découpage): la seule offre ferme sur la table, valide jusqu'au 20 septembre. Une offre qui a mis des mois à accoucher, et dont la dernière condition suspensive a été levée fin juillet par le PDG de GMD, Alain Martineau, venu alors à La

gm&s: journée décisive pour une reprise de l'usine de la souterraine

La décision est vendredi matin entre les mains du Tribunal de Commerce de Poitiers, qui a placé l'entreprise de La Souterrraine en redressement judiciaire en décembre dernier, son troisième en huit ans. Liquidation pure et simple? Prolongation de l'activité avec une période d'observation en vue d'une reprise partielle? Le suspense aura duré jusqu'au dernier moment car le groupe stéphanois GMD, numéro un de l'emboutissage en France, a attendu la dernière minute, jeudi soir à 19H30, pour déposer son offre. Le Tribunal de Commerce "ne se prononcera pas sur le fond" de l'offre, a expliqué vendredi matin à l'AFP l'avocat des salariés, Me Jean-Louis Borie. "Il devrait constater qu'une offre a bien été déposée par GMD" et en tirer les conséquences, vraisemblablement une liquidation avec prolongat

gm&s: l'offre de reprise `insuffisante` insiste le personnel

A trois jours de l'audience qui pourrait entériner la reprise par l'emboutisseur GMD --seule offre ferme-- le Comité d'entreprise considère qu'en l'état des engagements de PSA et Renault (principaux clients de GM&S) l'offre est "largement insuffisante quand au nombre de postes conservés", soit 120 sur les 277 qui font de GM&S le deuxième employeur privé de Creuse. Evoquant la "casse sociale énorme" et les répercussions sur le bassin d'emploi, le CE estime en outre que "seul un plan social digne de ce nom, éventuellement abondé par divers intervenants", serait de nature à mettre fin à cette "injustice criante". Le CE réitère aussi son avis, formulé depuis des mois, que l'offre de GMD "n'est pas satisfaisante du point de vue industriel". Et qu'une fois écoulés les cinq ans des garanties de c

gm&s: l'etat fait monter la pression sur psa, qui réplique

Alors que l'emboutisseur GMD, unique repreneur potentiel, estime indispensable un investissement de 15 millions d'euros pour moderniser le site, PSA "a confirmé ce jour (lundi) au ministère de l'Economie et des Finances qu'il ne souhaitait pas participer à ce financement", a affirmé lundi Bercy dans un communiqué. L'Etat et le constructeur Renault s'étant eux engagés à apporter chacun cinq millions d'euros, "il manque donc cinq millions d'euros pour faire aboutir la reprise" de GM&S, ajoute le ministère. "Incompréhensible et injuste", a rétorqué à l'AFP un porte-parole de PSA, rappelant que le groupe s'était engagé durant les discussions à contribuer à hauteur de quatre millions d'euros à la modernisation du site, pour lui permettre de s'équiper. Un engagement "confirmé", a ajouté le porte

gm&s: jugée `insuffisante`, l'offre de reprise inquiète toujours le personnel

A deux jours d'un nouveau rendez-vous avec la justice, l'inquiétude reste de mise. Le personnel de l'équipementier creusois GM&S Industry a réaffirmé vendredi que l'offre de reprise, sur laquelle doit se prononcer lundi le tribunal de commerce de Poitiers, est "insuffisante" sur le plan de l'emploi, et ne saurait garantir "une reprise sereine et pérenne". L'audience du 4 septembre pourrait entériner la reprise par l'emboutisseur GMD -seule offre ferme- le Comité d'entreprise considère qu'en l'état des engagements de PSA et Renault (principaux clients de GM&S) l'offre est "largement insuffisante quand au nombre de postes conservés", soit 120 sur les 277 qui font de GM&S le deuxième employeur privé de Creuse. Des doutes sur la pérennité du site à long termeEvoquant la "casse sociale énorme"

gm&s: gmd a déposé son offre de reprise partielle

"L'offre a été déposée vers 19h30. Elle se situe exactement là où GMD l'avait annoncé dès le début: 120 salariés", a expliqué l'avocat des salariés de GM&S Jean-Louis Borie. "Je ne peux pas en dire davantage ce soir car il nous faut digérer cette information et en discuter avec les salariés d'abord", a-t-il relevé. L'annonce du dépôt de cette offre a eu lieu alors qu'une réunion se tenait à Paris entre les syndicats du groupe et le gouvernement. "Avant de se prononcer sur l'offre, il faut qu'on l'étudie. Nous sommes attachés à nos emplois et à cette entreprise. Il faut que l'on regarde ce qu'il y a dedans. Il y a quand même 157 salariés menacés de licenciement", a réagi le délégué CGT Vincent Labrousse, après la réunion à Paris. Patrick Brun, un autre syndicaliste CGT, a lui "demandé du te

gm&s: le tribunal de commerce de poitiers se prononce sur l'unique offre de repr

Après un sursis supplémentaire d'une semaine accordé le 24 juillet, la justice commerciale se penche une nouvelle fois sur le sort du deuxième employeur privé de la Creuse, en liquidation depuis le 30 juin, et sur l'offre du "numéro un" français de l'emboutissage, GMD, seul candidat à la reprise. Ce dernier avait demandé au tribunal un "court délai" pour s'assurer que l'ultime "condition suspensive" à sa reprise serait bien levée, à savoir "l'adhésion des salariés" à son projet. Après une rencontre avec les salariés le 27 juillet, sur le site de La Souterraine, le PDG de GMD, Alain Martineau, s'était dit prêt "a priori" à lever cette dernière condition. Les autres exigences du repreneur, après des semaines de négociations périlleuses sous la supervision de Bercy, avaient finalement trouvé

qu’est-ce que le « verrou de bercy » ?

Les députés ont rejeté mardi un amendement proposant une levée partielle du monopole du ministère du budget en matière de poursuites pénales pour fraude fiscale.Le Monde
| 26.07.2017 à 15h56
• Mis à jour le
26.07.2017 à 17h00
|
Par Clément Le Foll
Le verrou ne semble toujours pas près de sauter. Mardi 25 juillet à l’Assemblée nationale, au cours de l’examen du projet de loi restaurant la confiance dans l’action publique, les députés abordaient le sujet épineux du « verrou de Bercy ».Après avoir rejeté un amendement qui suggérait la suppression pure et simple de ce dispositif, les députés se prononçaient sur une disposition proposant sa levée partielle. L’amendement, présenté par le sénateur communiste Eric Bocquet, avait été adopté à l’unanimité par le Sénat. Au cours d’une séance

qu’est-ce que le « verrou de bercy » ?

Les députés ont rejeté mardi un amendement proposant une levée partielle du monopole du ministère du budget en matière de poursuites pénales pour fraude fiscale.Le Monde
| 26.07.2017 à 15h56
|
Par Clément Le Foll
Le verrou ne semble toujours pas près de sauter. Mardi 25 juillet à l’Assemblée nationale, au cours de l’examen du projet de loi restaurant la confiance dans l’action publique, les députés abordaient le sujet épineux du « verrou de Bercy ».Après avoir rejeté un amendement qui suggérait la suppression pure et simple de ce dispositif, les députés se prononçaient sur une disposition proposant sa levée partielle. L’amendement, présenté par le sénateur communiste Eric Bocquet, avait été adopté à l’unanimité par le Sénat. Au cours d’une séance agitée, cet amendement a été rejeté, m

la justice valide la reprise de l’équipementier gm & s par gmd

GMD, groupe spécialisé dans l’emboutissage, la plasturgie, la fonderie et l’étanchéité, ne compte reprendre que 120 personnes, soit 43 % de l’effectif de GM & S.La reprise par GMD constituait la seule issue pour éviter la liquidation définitive et le licenciement immédiat des 277 salariés.Le personnel ne valide pas pour autant l’offre de GMD. Celle-ci va en effet entraîner« une casse sociale énorme », souligne le comité d’entreprise dans son avis rendu vendredi 1er septembre.
Lire aussi :
 

Les GM & S prêts à poursuivre leurs actions après la reprise
GMD ne compte reprendre que 120 personnes, soit 43 % de l’effectif, là où les syndicats réclamaient qu’au moins 240 salariés participent à la nouvelle aventure.« Le jugement autorise le licenciement des 156 salariés », a précisé à l

le tribunal de commerce de poitiers se prononce sur l’unique offre de reprise

La justice commerciale se penche une nouvelle fois sur l’offre du « numéro un » français de l’emboutissage, GMD, seul candidat à la reprise de l’équipementier automobile.Audience de la dernière chance pour les salariés de GM&S Industry, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans la Creuse. Le tribunal de commerce de Poitiers se prononce, lundi 31 juillet, sur l’unique offre de reprise de l’équipementier automobile en redressement judiciaire depuis décembre 2016. Une offre faite par le « numéro un » français de l’emboutissage, GMD, qui ne prévoit le maintien que de 120 salariés sur 277.Après un sursis supplémentaire d’une semaine accordé le 24 juillet, la justice commerciale se penche une nouvelle fois sur le sort du deuxième employeur privé de la Creuse, en liquidation depu

l’etat met la pression sur psa

Le ministère de l’économie a accusé le constructeur automobile, lundi, de refuser de participer au financement de la modernisation du site de l’équipementier creusois.Le bras de fer se poursuit. A deux jours d’une audience cruciale pour la reprise de l’équipementier automobile GM & S, le ministère de l’économie a accusé PSA de refuser de « participer » au financement de la modernisation du site, une accusation démentie par le constructeur, même s’il promet moins que demandé par le repreneur potentiel.PSA « a confirmé [lundi] au ministère de l’économie et des finances qu’il ne souhaitait pas participer » au financement de 15 millions d’euros demandé par le repreneur potentiel de GM & S, à savoir la société stéphanoise GMD, a affirmé, lundi 17 juillet, Bercy dans un communiqué.« Il manque do

gm&s: décision attendue sur l'offre de reprise

Le tribunal de commerce de Poitiers se prononce, à 18H00, sur une offre de reprise de GM&S, mais, jusqu'au dernier moment ou presque -- 14H00 -- les parties pourront transmettre à la juridiction des "notes en délibéré", documents ou éléments en vue de la décision. Une seule offre de reprise est sur la table: elle ne prévoit le maintien que de 120 des 277 emplois du site de La Souterraine, qui faisaient jusqu'à présent de GM&S le deuxième employeur privé de Creuse, sans oublier plusieurs centaines d'emplois indirects, estiment les élus locaux. L'offre émane du "numéro un" français de l'emboutissage, le groupe GMD, dont l'usine est basée à Saint-Etienne (Loire) et dont le PDG, Alain Martineau, a rappelé la semaine dernière qu'elle ne serait pas finalisée sans une prolongation de la période d

l’entreprise nordiste de métallurgie tim reprise par l’industriel bulgare fil fi

Le tribunal de commerce de Lille a accepté l’offre de reprise formulée par Atlas, une société d’engins de chantier. Elle devrait préserver 446 emplois sur 471.446 emplois sur 470 sauvés. Le tribunal de commerce de Lille a désigné, mercredi 26 juillet, la société Atlas, contrôlée par le Bulgare Fil Filipov, comme repreneur de TIM, fabricant de cabines d’engins de chantier basé à Quaëdypre, dans le Nord.Fil Filipov était le seul candidat en lice, après avoir finalement déposé une offre à la dernière minute mardi soir. Il avait pourtant assuré mercredi dernier qu’il retirait son projet de reprise, retoqué initialement par le tribunal tout comme celui de Fritzmeier, actuel propriétaire de l’entreprise.
Lire aussi :
 

Dans le Nord, près de 500 emplois menacés chez TIM dans l’indifféren

macron promet une « cellule de crise » sur les « conditions de la reprise »

Le président est allé à la rencontre des salariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, s’engageant à faire « le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».« Une cellule de crise à l’Elysée » qui va « travailler activement à organiser les conditions de la reprise » de GM & S Industry, menacé de liquidation. C’est ce à quoi s’est engagé le chef de l’Etat, a annoncé vendredi 9 juin un délégué CGT des salariés, a l’issue d’une rencontre avec Emmanuel Macron.Le président est venu vendredi à la rencontre des salariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire« le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».La cellule de crise est « d’ores et déjà opérationnelle », a dit à des

d’autres opérations de privatisation envisagées après adp, fdj et engie

Selon « Les Echos », les prochaines cessions de participations de l’Etat pourraient concerner Orange, Air France-KLM, ou encore le secteur automobile.
Lire aussi :
 

Française des jeux, ADP et Engie... l’Etat lance son programme de privatisations
Selon le journal économique, les prochaines cessions de participations pourraient concerner notamment Orange, Air France-KLM, ou encore le secteur automobile, avec Peugeot et Renault. « Et ce d’autant plus que l’Etat s’est engagé à reprendre 35 milliards de dette de la SNCF entre 2020 et 2022 », note la publication, pour qui, « à Bercy, on assume que des cessions seront nécessaires pour limiter l’impact de cette reprise de dette sur les finances publiques ».
Lire aussi :
 

Privatisations : de quoi l’Etat est-il (encore) proprié

macron s’engage à une « cellule de crise » sur les « conditions de la reprise »

Le président est venu à la rencontre des salariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire « le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».« Une cellule de crise à l’Elysée » qui va « travailler activement à organiser les conditions de la reprise » de GM & S Industry, menacé de liquidation. C’est ce à quoi s’est engagé le chef de l’Etat, a annoncé vendredi 9 juin un délégué CGT des salariés, a l’issue d’une rencontre avec Emmanuel Macron.Le président est venu vendredi à la rencontre des salariés de l’équipementier automobile creusois menacé de liquidation, promettant au cours d’un dialogue musclé de faire« le maximum » pour eux, même s’il n’est pas « le Père Noël ».La cellule de crise est « d’ores et déjà

l’équipementier devra attendre le 24 juillet pour être fixé sur son sort

La justice, qui examinait la seule offre de reprise de l’entreprise en liquidation judiciaire, rendra sa décision en début de semaine prochaine.Le Monde
| 19.07.2017 à 09h40
• Mis à jour le
19.07.2017 à 14h52
|
Par Éric Béziat
Prolongation de la période d’observation ou liquidation judiciaire définitive ? Ce mercredi 19 juillet devait être une journée décisive – et éprouvante – pour les 277 salariés de GM&S, ce fabricant de pièces automobiles de La Souterraine, dans la Creuse, en redressement judiciaire depuis décembre 2016, et qui s’était invité dans la campagne électorale présidentielle.Le tribunal de commerce de Poitiers examinait à partir de 10 heures la seule offre de reprise de GM&S, celle du numéro un français de l’emboutissage, la société stéphanoise GMD, également équipeme

gm&s: décision sur une reprise, baroud des salariés pour améliorer l'offre

"On continue la lutte, on va continuer à bloquer les sites PSA et Renault. Même quand le verdict va tomber, on va continuer à se battre jusqu'au bout", lançait encore mercredi soir Yann Augras, secrétaire du CE et délégué CGT, arrivé avec un car de salariés à Sept-Fons (Allier) dans l'intention de bloquer l'usine PSA, une gageure face aux quelque 80 CRS qui protégeaient le site. En début de soirée, une soixantaine de salariés avaient monté des tentes à proximité du site PSA, et prévoyaient de rester sur place jusqu'à jeudi, jour du jugement qui leur sera communiqué sur place par leur avocat venu de Clermont-Ferrand, Me Jean-Louis Borie. "On a les preuves aujourd'hui que la casse de la Souterraine (où se trouve l'usine GM&S Industry) était planifiée depuis 2014. Alors aujourd'hui, on ne lâc

les gm & s prêts à poursuivre leurs actions après la reprise

Le tribunal de commerce de Poitiers examine lundi la seule offre de reprise sur la table. Il rendra sa décision dans la semaine.Le Monde
| 02.09.2017 à 10h42
• Mis à jour le
04.09.2017 à 07h15
|
Par Denis CosnardUne nouvelle phase s’ouvre dans le dossier GM & S, cet équipementier automobile de la Creuse devenu le premier incendie social du quinquennat d’Emmanuel Macron. Longtemps menacé de disparition pure et simple, le site de La Souterraine est désormais en passe d’être partiellement repris par un industriel français concurrent, GMD. L’affaire devrait être conclue dans les prochains jours. Mais la colère des salariés, qui avaient menacé de fairesauter leur usine, n’est pas éteinte pour autant.Dès mardi 5 septembre, ils ont prévu de mener en région parisienne des actions visant les

Search Tags
l’agriculture justice gogoi australia needs ascap elects board of directors including sona s michelle lewis male founded presstv us consulate staff in russia prepare to depart facility changed activity tianjin open domestic dogs moore signed how to install watchos 5 beta 5 on apple watch without developer account been formed act policing investigates suspicious behaviour near belconnen school greeks add 90 million tons to fleet in 7 years business ασθενοφόρων αφαίρεσαν ξυλόγλυπτη επένδυση τζακιού από διατηρητέο κτίριο κοινωνία custom amount de minaur goes down swinging in midnight slug fest against cilic 5 things to know about the 2020 mercedes eqc electric suv chanel boomerang a 1 930 emblem of cultural appropriation children after human right apple to unveil new products on sept 12 get ready for new iphones and more into trawling mckellar says best ebook reader ship’s hull funding plan their foals spacex vuole ottimizzare i lanci dei falcon con un nuovo maxi hangar this trailer lewis hamilton reaches ayrton senna milestone in montreal black sedan purchase homes over perth glory iran through земляки по дню 2707 пойми себя равняйся на лучших hands on final cut pro 104 adds 360 vr advanced color grading hdr support and more video bca moves to avoid legislation through voluntary payment code for small business evan rachel wood kelly marie tran play guess who metoo edition in psa
Facebook Twitter Google Plus Digg Share This

All rights reserved. © Laxaro 2016-2017 Run in 0.136 seconds