Laxaro Your source for the latest research news
 la croissance conomique progresse encore au premier trimestre
la croissance économique progresse encore au premier trimestre

Hausse de la consommation des ménages et des investissements, notamment dans le bâtiment, expliquent ces bons chiffres.La croissance économique en Allemagne s’est encore affermie en début d’année, avec une progression du PIB de 0,6 % au premier trimestre, tirée à la fois par la demande intérieure et les exportations, a fait savoir, vendredi 12 mai, l’office fédéral des statistiques, Destatis.La croissance du produit intérieur brut allemand (PIB) avait marqué le pas à l’été 2016, à seulement 0,2 % au troisième trimestre, avant de reprendre de l’allure au quatrième trimestre (0,4 %). Ce chiffre provisoire correspond d’ailleurs aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset. Destatis doit désormais livrer le 23 mai le détail des chiffres du PIB.Tous le

la croissance dans la zone euro reste solide au premier trimestre 2017 et attein

Dans les 28 pays de l’Union européenne, la croissance économique a, pour sa part, légèrement ralenti, s’établissant à 0,4 %, contre 0,6 % au dernier trimestre 2016.La croissance économique est restée solide au premier trimestre 2017 dans la zone euro, confrontée à un avenir incertain avec les élections en France et le Brexit . Elle s’est établie à 0,5 %, exactement comme au quatrième trimestre de 2016, selon une première estimation de l’Office européen des statistiques, Eurostat, diffusées mercredi 3 mai.Ce chiffre est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.En comparaison avec le premier trimestre 2016, le produit intérieur brut (PIB) corrigé des variations saisonnières a enregistré une hausse de 1,7 % sur les trois premiers mois de

le brésil retrouve une timide croissance

La première économie d'Amérique latine a enregistré une hausse de 0,2% de son PIB au 2e trimestre par rapport au premier, a annoncé l'Institut de géographie et de statistiques IBGE. Un chiffre meilleur que la croissance nulle qui était attendue par un panel d'économistes. La hausse trimestrielle confirme donc la sortie de la récession du Brésil, après la progression de 1% lors du premier trimestre par rapport au précédent -- la première fois que le pays sortait la tête de l'eau après huit trimestres consécutifs de recul. Le Brésil vient de traverser la pire récession de son histoire avec une chute de son Produit intérieur brut de 3,6% en 2016 et 3,8% en 2015. Par rapport au 2e trimestre de 2016, le PIB du Brésil a progressé de 0,3% entre avril et juin cette année, a précisé l'IBGE. Une pre

la croissance économique a fortement ralenti au premier trimestre en france

Selon une première estimation publiée, vendredi, par l’Insee, la hausse du PIB a atteint 0,3 % entre janvier et mars, loin du rythme observé lors du dernier trimestre 2017 (0,7 %).Le Monde
| 27.04.2018 à 08h20
• Mis à jour le
27.04.2018 à 11h28
|
Par Elise BarthetAprès l’euphorie, le coup de mou. D’après les estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), rendues publiques vendredi 27 avril, la croissance a nettement ralenti en France au premier trimestre. Le produit intérieur brut (PIB), qui avait progressé de 0,7 % à la fin de l’année précédente, plafonne à 0,3 % pour les trois premiers mois de 2018. C’est 0,1 point de moins que ce qui était anticipé par l’organisme public.« On a sans doute atteint un point haut fin 2017. Le pic de croissanc

la croissance devrait atteindre 0,3% au 2e trimestre

Le produit intérieur brut de la France devrait progresser de 0,3% au deuxième trimestre, selon une première estimation publiée lundi par la Banque de France. Un taux de croissance identique à celui du premier trimestre.  Les chefs d'entreprise prévoient en mai une "stabilisation de l'activité" industrielle, "une croissance moins soutenue" dans les services ainsi qu'une "progression de moindre ampleur" dans le secteur "dynamique" du bâtiment, selon l'institution monétaire. Une baisse d'activité en maiLa Banque de France se montre légèrement plus prudente que l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui prévoit pour sa part une croissance de 0,4% au deuxième trimestre pour la deuxième économie de la zone euro. Selon la banque centrale, la production industriel

la croissance économique a fortement ralenti au premier trimestre en france

Selon une première estimation publiée vendredi par l’Insee, la hausse du produit intérieur brut a atteint 0,3 % entre janvier et mars, loin du rythme observé lors du dernier trimestre 2017 (0,7 %).Retombant à 0,3 %, contre 0,7 % au trimestre précédent, la croissance économique a fortement ralenti au premier trimestre en France, selon une première estimation publiée vendredi 27 avril par l’Insee. .Un chiffre attendu par les économistes et qui ne remet pas en cause la croissance économique prévue pour l’ensemble de l’année 2018, qui devrait bénéficier de l’élan de 2017 (2 % de croissance). Légèrement inférieur à la prévision publiée le 20 mars par l’organisme public, qui avait alors tablé sur 0,4 % de croissance, ce chiffre est en revanche conforme à la dernière estimation de la Banque de Fr

chine: ralentissement de la croissance économique attendu au 2e trimestre

Ce ralentissement serait la conséquence des efforts du géant asiatique pour endiguer un endettement galopant, la fièvre du secteur immobilier et des investissements risqués. Selon les seize experts interrogés, le produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale a progressé en moyenne de 6,8% entre avril et juin, par rapport au trimestre correspondant de l'année dernière. Au premier trimestre, la croissance avait été de 6,9% alors que les analystes tablaient en moyenne sur une stabilisation à 6,8%. L'investissement à crédit dans les infrastructures et l'immobilier a soutenu la croissance rapide de la Chine pendant des années mais les avertissements sur les risques d'une crise financière aux implications mondiales ont incité Pékin à les freiner. Vendredi, Fitch Ratings a prévenu

l'ue s'alarme du protectionnisme américain, un danger pour sa croissance

Au moment où l'UE est toujours sous la menace d'une guerre commerciale avec les Etats-Unis, après avoir été lundi une nouvelle fois exemptée provisoirement, pour un mois seulement, des droits de douanes sur l'acier et l'aluminium par la Maison Blanche, l'exécutif européen a reconnu la vulnérabilité de la zone euro, l'Allemagne en tête, en raison de l'ouverture de ses marchés. Pour l'instant cependant, l'exécutif européen a maintenu les prévisions de croissance qu'elle avait données le 7 février dernier. Pour 2018, elle attend toujours pour la zone euro une hausse du Produit Intérieur Brut (PIB) de 2,3%, suivi d'un léger tassement en 2019 à 2,0% après avoir engrangé en 2017 sa meilleure croissance depuis dix ans à 2,4%. Pour l'UE et ses 28 Etats membres, ces prévisions sont exactement les m

la croissance se raffermit en zone euro

Le produit intérieur brut de l’union monétaire a crû de 0,6 % au deuxième trimestre, selon EurostatLe Monde
| 02.08.2017 à 06h33
• Mis à jour le
02.08.2017 à 09h58
|
Par Marie CharrelLa série des bonnes nouvelles se poursuit pour l’économie européenne. Entre avril et juin, la zone euro a enregistré une croissance de 0,6 %, selon les statistiques publiées mardi 1er août par Eurostat, après 0,5 % au premier trimestre. En comparaison avec le même trimestre de 2016, son produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2,1 %, soit son plus fort rythme depuis début 2011. « L’activité est solide depuis plusieurs trimestres et cela prête à l’optimisme », se réjouit Florian Hense, économiste à la banque Berenberg. « Personne ne s’attendait à des performances aussi encourageantes il y a encore un

la consommation repart, la croissance du pib se confirme

La bonne conjoncture économique se confirme. Ce mardi, l'Insee a publié sa deuxième estimation concernant la croisance française pour le deuxième trimestre. Et comme prévu, le PIB a progressé de 0,5%, notamment grâce à la demande intérieure, c'est à dire la consommation. Ce chiffre, semblable à ceux des deux trimestres précédents, confirme une première évaluation publiée fin juillet par l'organisme public. Il conforte aussi la prévision de croissance du gouvernement, qui table cette année sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,6%. Les expotation repartent...Dans le détail, l'économie française a profité entre avril et juin d'une légère accélération des dépenses de consommation des ménages (+0,3% après +0,1% lors des trois mois précédents), portées par les achats de biens fabri

+0,5%: la croissance française confirme son regain au deuxième trimestre

L'économie française a bien enregistré une croissance de 0,5% au deuxième trimestre, selon la troisième estimation publiée vendredi par l'Insee qui a, au passage, revu en légère hausse l'acquis de croissance pour 2017. Un acquis de croissance de 1,4%La hausse de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) au printemps a été notamment soutenue par une consommation des ménages dynamique (+0,3%) et un net rebond des exportations (+2,4%). LIRE AUSSI >> La consommation repart, la croissance du PIB se confirme  Seule ombre au tableau, les investissements des entreprises affichent une progression de 1%, après une hausse de 2,1% au premier trimestre. C'est tout de même mieux que la hausse de 0,5%, puis 0,7%, des deux premières estimations de l'Insee. Ce tassement était attendu, en raison de la disparitio

chine: la production industrielle s'essouffle en avril

La production chinoise a progressé le mois dernier de 6,5% sur un an, selon les statistiques publiées lundi par le Bureau national des statistiques (BNS), un organisme gouvernemental. C'est très en-deçà du bond de 7,6% enregistré en mars, qui marquait un sursaut exceptionnel, mais également bien moins qu'attendu par les analystes, qui tablaient sur une hausse de 7%. Dans le même temps, les investissements en capital fixe, reflet notamment des dépenses dans les infrastructures, connaissaient un léger tassement, avec un gonflement de 8,9% sur un an pour la période janvier-avril, contre +9,2% sur le premier trimestre. Or, ces investissements --dopés par la poursuite de la bulle immobilière et l'accroissement assumé des dépenses d'infrastructures par l'Etat-- avaient largement participé à l'ac

la croissance du deuxième trimestre confirmée à 0,2%, selon l'insee

Ce chiffre de croissance, conforme à la dernière évaluation de l'organisme public publiée le 29 août et une première évaluation identique fin juillet, confirme le trou d'air traversé par l'économie française depuis le début de l'année 2018. Il s'explique notamment, selon l'Insee, par les mauvais résultats du commerce extérieur, qui a pesé sur le produit intérieur brut à hauteur de 0,2 point, et par la consommation des ménages, qui a reculé de 0,1%. Malgré ce mauvais résultat, l'institut national de statistiques fait état d'une forte hausse du pouvoir d'achat au printemps: ce dernier, qui avait reculé de 0,5% au premier trimestre, a gagné 0,7% entre avril et juin. "Le léger ralentissement de la masse salariale brute" enregistré au printemps (+0,7% après +0,9%) a en effet été "largement comp

la boe abaisse sa prévision de croissance mais se veut confiante

Le Comité de politique monétaire de la BoE a laissé inchangé son taux directeur à 0,5%, à sept voix contre deux. Dans son rapport trimestriel sur l'inflation et la croissance, l'institution a révisé à la baisse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni, à 1,4% pour 2018 et à 1,7% pour 2019, contre 1,8% il y a trois mois pour ces deux années.  Elle a aussi abaissé ses prévisions d'inflation à fin 2018 et 2019, avec respectivement 2,2% et 2,1% attendus. Si l'institution a rappelé sa confiance dans la santé économique du pays, considérant que "les conditions pour une croissance solide sont restées en place, (que) le marché du travail est resté fort et (que) les enquêtes suggèrent que la croissance de l'activité devrait se reprendre au deuxième trimestre", ell

la croissance plonge de nouveau au premier trimestre

Dans son rapport publié ce vendredi, l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) a souligné un fort ralentissement de la croissance en France au premier trimestre de 2018, retombée de 0,7 à 0,3% selon les estimations.  Ce chiffre est légèrement inférieur à la prévision publiée le 20 mars par l'institut, qui avait alors tablé sur 0,4% de croissance. Il est en revanche conforme à la dernière estimation de la Banque de France et de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Investissements moindresCette décélération, qui intervient après cinq trimestres consécutifs de croissance supérieure à 0,5%, pourrait s'expliquer de différentes manières. Particulièrement pointées du doigt, les dépenses des ménages français, qualifiées "d'atones". Ces dernière

les ventes de lvmh bondissent de 15% au premier trimestre

La croissance organique du groupe aux quelque 70 marques - dont Louis Vuitton, Fendi, Guerlain, Hennessy ou Sephora - s'affiche également en forte progression de 13%, alors qu'elle avait été de +6% pour l'ensemble de l'exercice 2016, et de seulement +3% pour le premier trimestre 2016, a-t-il indiqué lundi dans un communiqué. LVMH met en avant "une progression à laquelle contribuent tous les groupes d'activités. La croissance est positive en Asie, en Europe et aux Etats-Unis", souligne-t-il. Mais il indique aussi qu'il "bénéficie durant ce premier trimestre (2017) d'une base de comparaison favorable, notamment en Europe, où l'activité avait été affectée l'an dernier par l'impact des attentats de novembre 2015 à Paris. La tendance actuellement observée ne peut raisonnablement pas à ce jour ê

france: la croissance confirmée à 0,2% au deuxième trimestre

Ce chiffre, qui confirme une première évaluation publiée fin juillet par l'organisme public, rend définitivement hors d'atteinte les 2% de croissance initialement prévus par le gouvernement en 2018. Il confirme le trou d'air traversé depuis plusieurs mois par l'économie française, qui peine à retrouver de l'élan après une année 2017 très dynamique, marquée par des rythmes de croissance trimestrielle de 0,7%. En cause, selon l'Insee: la consommation des ménages, qui a reculé de 0,1% entre avril et juin après avoir augmenté de 0,2% lors du premier trimestre, plombée notamment par la grève de la SNCF. La consommation en biens s'est ainsi repliée de 0,3% tandis que celle de services a plafonné à 0,1%, avec une baisse de 2,7% dans les transports, "principalement dans le transport ferroviaire". 

le brexit continue de peser sur l’économie britannique

La croissance a atteint 0,4 % au troisième trimestre. C’est un peu mieux que prévu. Mais l’inflation pèse sur le pouvoir d’achat des ménages.C’est une série de petits renoncements. Depuis le début de l’été, Andrew Samuelson s’est résolu à ne plus voir ses amis qu’un soir par mois, contre deux ou trois jusque-là. « A Londres, les notes de restaurant flambent trop vite », résume-t-il. Au supermarché, il se cantonne aux marques premier prix. Pour remplacer son ordinateur défaillant, il attendra début 2018. Et optera pour un modèle d’occasion plutôt que neuf. « Depuis quelques mois, je dois compter chaque centime, témoigne le trentenaire, assistant de direction dans la capitale. Je rembourse encore mon crédit immobilier. Mais si mon budget est plus serré qu’avant, c’est surtout parce que tout

l'insee optimiste pour la croissance sur la fin du quinquennat

Dans sa note de conjoncture, l'institut statistique maintient sa prévision de progression de 0,3% du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, mais révise légèrement à la hausse celle du deuxième trimestre, à +0,5% contre +0,4% prévu jusqu'alors.  L'activité devrait ainsi retrouver "un rythme comparable à celui de ses voisins, après trois années de croissance plus faible que celle de la zone euro", souligne l'Insee dans ce document trimestriel, qui ne délivre pas à ce stade de prévision de croissance annuelle. Mais avec de tels chiffres, le prochain président héritera à la mi-2017 d'un "acquis de croissance" de 1,1%, soit autant que sur l'ensemble de 2016, souligne l'Insee. Autrement dit, même en cas de croissance nulle au deuxième semestre, l'économie française enregistrerait une

la reprise se confirme, les inquiétudes subsistent

Ce chiffre montre que la prévision de croissance du gouvernement pour l’année 2017 semble atteignable.Le Monde
| 28.07.2017 à 10h07
• Mis à jour le
28.07.2017 à 11h10
|
Par Marie CharrelC’est le premier chiffre de croissance publié sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. Et il est plutôt bon. Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) français a progressé de 0,5 %, un rythme identique aux deux trimestres précédents, selon les statistiques publiées vendredi 28 juillet par l’Insee. « La reprise se consolide sur un rythme relativement élevé », analyse Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas. Le nouveau président a de la chance. Alors que son prédécesseur s’est débattu pour contrer les séquelles de la crise, il récolte les fruits des ajustements passés. « Les conditions co

la reprise se confirme, les inquiétudes subsistent

Ce chiffre montre que la prévision de croissance du gouvernement pour l’année 2017 semble atteignable.Le Monde
| 28.07.2017 à 10h07
• Mis à jour le
28.07.2017 à 10h13
|
Par Marie CharrelC’est le premier chiffre de croissance publié sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. Et il est plutôt bon. Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) français a progressé de 0,5 %, un rythme identique aux deux trimestres précédents, selon les statistiques publiées vendredi 28 juillet par l’Insee. « La reprise se consolide sur un rythme relativement élevé », analyse Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas. Le nouveau président a de la chance. Alors que son prédécesseur s’est débattu pour contrer les séquelles de la crise, il récolte les fruits des ajustements passés. « Les conditions co

angela merkel peut s’appuyer sur les bons scores de la croissance allemande

Alors que débute la campagne des législatives, l’économie allemande affiche une solide progression de son PIB et un taux de chômage toujours en baisse.Le Monde
| 15.08.2017 à 10h44
• Mis à jour le
15.08.2017 à 11h07
|
Par Cécile Boutelet (Berlin, correspondance)
Le chiffre apporte encore de l’eau au moulin d’Angela Merkel. Alors que la candidate à sa propre réélection au poste de chancelier vient de démarrer sa campagne à travers le pays, l’économie allemande affiche une solide progression de son PIB, à 0,6 % au deuxième trimestre 2017, après un départ en trombe en début d’année (+ 0,6 % entre janvier et mars). La première économie de la zone euro poursuit sans faiblir un cycle de croissance amorcé en 2013.
Lire :
 

Allemagne : à Dortmund, Angela Merkel lance sa campagne p

en pleine croissance, l'allemagne priée de dépenser plus

"Vous ne vous lassez jamais des bonnes nouvelles? Alors regardez les dernières données sur le PIB allemand", écrit l'économiste Carsten Brzeski, résumant le sentiment de ses confrères face au "cycle doré" de la première économie européenne. La croissance économique allemande a accéléré au troisième trimestre, avec une progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,8%, selon l'office fédéral des statistiques Destatis. Cette croissance est meilleure que le +0,6% attendu par les analystes.  Ce chiffre de 0,8%, provisoire et corrigé des variations saisonnières, suit une augmentation du PIB de 0,6% au deuxième trimestre et de 0,9% au premier trimestre, révisée en hausse pour la deuxième fois. "L'Allemagne connaît un second printemps", constate Jörg Krämer, de Commerzbank, d'autant plus frappa

france: le gouvernement va réviser à la baisse ses prévisions de croissance 2018

"Nous réviserons les prévisions de croissance pour 2018" qui étaient jusqu'à présent de 2%, a expliqué le ministre sur les antennes de BFM TV/RMC, jugeant "décevants" les chiffres du premier et du second trimestrela croissance est restée bloquée à 0,2%, contre 0,7% lors du dernier trimestre de 2017.  M. Le Maire a imputé cette performance inférieure aux attentes aux "grèves" à la SNCF et chez la compagnie aérienne Air France, ainsi qu'à "l'augmentation des prix du pétrole" et la guerre commerciale, provoquée par le président américain Donald Trump "qui nuit aussi à l'activité économique".  "Si nous révisons, c'est bien que ce qui avait été avancé ne pourra pas être tenu au point près", a-t-il affirmé, reconnaissant ainsi que le gouvernement renonce à son objectif de 2%. "Il faut tenir

espagne: le gouvernement relève sa prévision de croissance pour 2017 à `autour d

"Nous avons commencé cette année à une vitesse de croisière, qui annonce que la croissance se situera aussi autour de 3% à la fin de l'exercice", a affirmé Luis de Guindos devant les députés, lors du débat sur le budget de l'Etat. Le PIB de l'Espagne a progressé de 0,8% au premier trimestre, tiré notamment par les exportations de biens et services. Il devrait revenir cette année à ses niveaux d'avant-crise. Luis de Guindos, chargé de l'économie depuis 2011, a assuré que le taux de croissance espagnol pourrait "même être très similaire à celui de l'année dernière", de 3,2%. L'Espagne, sous le coup d'une procédure pour déficit excessif de la part de la Commission européenne, table officiellement sur une croissance de 2,7% dans ses documents transmis à Bruxelles. Selon Luis de Guindos, ce chi

la croissance française fléchit légèrement en début d’année

D’après la note de conjoncture de l’Insee, le produit intérieur brut devrait progresser de 0,4 % au premier puis au deuxième trimestre 2018.Le Monde
| 20.03.2018 à 18h04
• Mis à jour le
20.03.2018 à 18h34
|
Par Elise BarthetComme en 2017, c’est surtout l’investissement des entreprises qui tire l’activité. Les ménages, eux, ont assez nettement réduit leurs dépenses de consommation et d’investissement. Leur pouvoir d’achat a été grevé par un regain de l’inflation et l’étalement des baisses de charges. Il devrait, selon l’Insee, reprendre des couleurs au printemps. Mais il n’est pas dit que la confiance, qui a elle aussi marqué le pas en février, suivra la même trajectoire. Un défi de taille pour le gouvernement, alors que se profilent d’importants mouvements sociaux.A-t-on atteint un

les prix de l'immobilier flambent à paris, un record en vue

Après avoir progressé de 5,5% en un an, le prix des appartements anciens à Paris était de 8.450 euros le m2 au premier trimestre 2017, dans de gros volumes de transactions - plus de 10.000, ce qui constitue un record pour un premier trimestre, a annoncé mardi la Chambre des notaires de Paris Ile-de-France. En ce début d'année, l'activité et la hausse des prix se sont de fait accélérées dans toute l'Ile-de-France, les acquéreurs restant "insensibles à l'approche des élections présidentielles", et se montrant désireux de "profiter du très bas niveau des taux d'intérêt", ont constaté ces professionnels. Ainsi la lente remontée des taux qui s'est amorcée en décembre 2016 a "attisé la volonté d'acquérir" son logement et "déclenché beaucoup d'acquisitions" dans un contexte économique en améliora

regain d’optimisme pour la croissance française

Malgré un tassement attendu du pouvoir d’achat, l’Insee a revu légèrement à la hausse ses prévisions. Le gouvernement a confirmé sa prévision de 1,5 % de croissance cette année.Le Monde
| 16.03.2017 à 18h18
• Mis à jour le
16.03.2017 à 18h31
|
Par Audrey TonnelierAu beau milieu d’une campagne présidentielle particulièrement sombre, marquée par les « affaires » et la montée des populismes, le constat a de quoi surprendre. Et pourtant. La croissance économique française « résiste à l’épreuve des incertitudes politiques », a souligné l’Insee, jeudi 16 mars, à l’occasion de la présentation de ses prévisions pour le premier semestre 2017.« De nombreuses questions se posent sur les politiques à venir aux Etats-Unis et à l’approche d’élections cruciales en Europe, [mais] le climat conjonct

l'emploi salarié continue de patiner au deuxième trimestre

Le ralentissement, entamé au premier trimestre, s'est donc poursuivi au second, avec une stagnation après une hausse de 0,2%, selon les chiffres définitifs publiés mardi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).  Au premier trimestre 2018, l'économie française avait créé 47.500 emplois. Le chiffre tombe à 12.500 au total, c'est-à-dire emploi privé et public, au deuxième trimestre. Sur un an, la hausse est de 0,8%, soit un peu plus de 207.600 créations (236.000 dans le privé mais une baisse de 28.300 dans le public) Fait notable ce trimestre: les suppressions d'emplois dans la fonction publique (-11.800), un phénomène dû à la réduction des contrats aidés, ce qui fait chuter d'autant le nombre total de créations d'emplois.  Au premier semestre, la consommat

apple dégage de solides résultats malgré des ventes d'iphone décevantes

"Nous sommes heureux de pouvoir annoncer nos meilleurs résultats jamais présentés pour un 2e trimestre avec une forte croissance de nos revenus pour l'iPhone, les services et les produits connectés", a déclaré Tim Cook, PDG du groupe. Il a ajouté que les ventes avaient progressé dans toutes les zones géographiques, avec notamment plus de 20% au Japon et en Chine.  Les ventes du produit phare de la marque à la pomme, l'iPhone, se sont toutefois montrées un peu inférieures aux anticipations à 52,21 millions sur le trimestre alors que 53 millions étaient attendus par les analystes de la firme Factset. "Aussi bons que les chiffres financiers puissent être, il y a quelques nuances moins satisfaisantes dans les tendances sous-jacentes", relève Neil Saunders, de GlobalData Retail. "En premier lie

2,3 % de croissance en 2017, et après ?

La croissance américaine a marqué le pas au quatrième trimestre, à 2,6 % en rythme annuel, repassée sous l’objectif de 3 % que s’est fixé Donald Trump.Le Monde
| 27.01.2018 à 06h12
|
Par Arnaud Leparmentier (New York, correspondant)
La croissance américaine est solide mais ne s’emballe pas. Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 2,6 % au quatrième trimestre, selon la première estimation publiée vendredi 26 janvier par le département du commerce. Ce chiffre est inférieur aux attentes et aux chiffres des deuxième et troisième trimestres où l’économie avait atteint un rythme de croisière supérieur à 3 %.Il n’empêche pour l’ensemble de 2017, première année de mandat de Donald Trump, les Etats-Unis ont vu leur économie progresser de 2,3 %. C’est mieux que la dernièr

france: ralentissement économique plus marqué que prévu début 2018

La hausse du produit intérieur brut (PIB) s'est établie à 0,2% sur les trois premiers mois de l'année, soit 0,1 point de moins que ce qui avait été préalablement annoncé, selon une deuxième estimation publiée mercredi par l'Institut national de la statistique. La raison? Un ralentissement plus net que prévu de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages, selon l'Insee, qui précise avoir révisé ses méthodes de calcul de l'évolution du PIB. L'activité économique a ainsi marqué un coup d'arrêt par rapport à la croissance du quatrième trimestre 2017 (0,7%) et des trimestres précédents, révisés à la hausse par l'institut statistique (0,8% pour le premier trimestre et 0,7% pour les deuxième et troisième trimestres).  "Le fait qu'il y ait une révision à la baisse n'a en soi

le taux de chômage en france passe sous la barre des 10 %

Le taux de chômage en France métropolitaine a baissé de 0,4 point au premier trimestre et revient à son plus bas niveau depuis le deuxième trimestre 2012.Le taux de chômage a baissé de 0,4 point au premier trimestre, pour s’établir à 9,3 % de la population active en métropole et 9,6 % en France entière, a annoncé l’Insee, jeudi 18 mai.Le taux de chômage en France métropolitaine revient ainsi à son plus bas niveau depuis le deuxième trimestre 2012 et celui enregistré dans la France entière repasse sous le seuil de 10 % pour la première fois depuis l’automne 2012.Cette évolution est plus rapide qu’anticipé par l’Insee, qui tablait sur un taux de chômage à 9,5 % en métropole (9,8 % avec les Dom) à la fin du premier trimestre, dans ses dernières prévisions, publiées mi-mars.L’Insee, qui mesure

la croissance allemande tranche avec la morosité européenne

Non seulement ce chiffre dépasse la croissance de 0,4% attendue par les analystes du service Factset entre mars et juin par rapport aux trois mois précédents, mais le PIB du premier trimestre a lui même été révisé en hausse, à +0,4% contre +0,3% initialement publié.  "L'Allemagne a réalisé une impressionnante performance du côté de la croissance au second trimestre, défiant le sentiment négatif suscité par les tensions commerciales", résume Carsten Brzeski, analyste chez ING Diba.  La première économie européenne, lancée selon M. Brzeski dans une "décennie dorée", rattrape le rythme de la fin 2017, année marquée par des croissances trimestrielles de 1,1%, 0,5%, 0,6% puis 0,5% - réévaluées par Destatis mardi. Au total, elle aligne un seizième trimestre consécutif de hausse de son PIB, soit

le taux de chômage en france passe sous la barre des 10 %

Le taux de chômage en France métropolitaine a baissé de 0,4 point au premier trimestre et revient à son plus bas niveau depuis le deuxième trimestre 2012, selon l’Insee.Le taux de chômage a baissé de 0,4 point au premier trimestre, pour s’établir à 9,3 % de la population active en métropole et 9,6 % en France entière, a annoncé l’Insee, jeudi 18 mai. Le taux de chômage en France métropolitaine revient ainsi à son plus bas niveau depuis le deuxième trimestre 2012 et celui enregistré dans la France entière repasse sous le seuil de 10 % pour la première fois depuis l’automne 2012.Cette évolution est plus rapide qu’anticipé par l’Insee, qui tablait sur un taux de chômage à 9,5 % en métropole (9,8 % avec les Dom) à la fin du premier trimestre, dans ses dernières prévisions, publiées mi-mars.L’I

Facebook Twitter Google Plus Digg Share This

All rights reserved. © Laxaro 2016-2017 Run in 1.5 seconds